La filière française des semences

La filière française des semences est importante et très structurée. Elle est organisée par filière spécialisée en fonction de la biologie des espèces, de leur mode de production mais également des utilisateurs et des marchés : par exemple, les céréales et plantes autogames, les plantes fourragères et à gazon, le maïs et sorgho, les betteraves sucrières et chicorée industrielle, les potagères et florales, les plants de pomme de terre, les oléagineux, les lins et chanvre.
La répartition géographique des productions de semences réalisées par des agriculteurs-multiplicateurs est également fonction de la biologie des semences et fonction des conditions climatiques.
L’une des missions fondamentales de la filière semences est d’assurer aux utilisateurs de disposer de semences et plants parfaitement adaptés à leurs besoins.
Il s’agit en premier lieu d’être sûr de l’identité variétale. Pour cela, la filière semences trace chaque production pendant plusieurs générations afin d’être sûr de la variété.
Un deuxième critère important est l’état sanitaire des semences et plants. En effet, certaines espèces peuvent être porteuses de maladies. Les semences commercialisées doivent être également pures c’est-à-dire ne pas contenir d’impuretés ou d’espèces étrangères.
Enfin, la qualité des semences et plants est contrôlée au niveau de leur faculté germinative, c’est-à-dire leur aptitude à donner une plante fiable et productive.
Ainsi, la filière des semences et plants est organisée selon la biologie des espèces et les normes officielles sont adaptées pour assurer le meilleur niveau de qualité possible.
Le Gnis représente l'ensemble des professionnels de la filière semences, constituée de 71 entreprises de sélection (dont 80% sont des PME), 243 entreprises de production, 20 300 agriculteurs-multiplicateurs, 15 000 salariés, 24 000 points de vente et 34 500 variétés.

Liens Internet:

GNIS

SNES

FNAMS